CADRE DE VIE : quelle place pour la nature dans la ville de Meylan ?

, par  Marie-Odile NOVELLI , popularité : 0%

Interview de MO Novelli par Melvin Gibson :

[En savoir + sur l’histoire des parcs à Meylan http://vertsdemeylan.xyz/index.php/bref-historique-des-parcs-a-meylan/]

Que propose AIMeylan Marie Odile ? Sur la gestion des espaces Verts par exemple ?

AIMeylan propose de mettre en oeuvre le + possible la gestion optimale décrite par Hippolyte Pouchelle pour favoriser le rafraîchissement et la biodiversité : 3 strates de végétation (pelouses, haies, arbres), ne pas bétonner ou bitumer les sols, mettre en valeur les ruisseaux. Bref le contraire de ce qui a été fait dans les construction récentes mais qui était pratiqué ici il y a 30 ou 40 ans ! Cela, c’est pour les constructions neuves… Mais rien n’interdit de modifier aussi les espaces de végétaux existants, ou d’en créer de nouveaux !
AIMeylan propose ensuite de mettre en pratique ce qu’on appelle « une gestion différenciée des espaces verts ». Quand on parle d’espaces verts on évoque à Meylan aussi bien les parcs (soignés comme au Bachais ou naturels comme au Bruchet) que les pelouses, les prairies, les haies, les arbres et les bois ou les bords de ruisseaux et des mares… La gestion des ces espaces sera différente selon l’usage et la fonction des espaces verts : un milieu très fréquenté a besoin d’entretien plus fréquent qu’un milieu naturel. Ce dernier est plus favorable à la biodiversité, mais à 2 conditions : qu’on ne le tonde pas trop souvent et qu’on ne le tonde pas à ras. Mais même les espaces fréquentés comme le Clos des capucins peuvent accueillir une zone de fauche tardive (il y en a du reste une ).On peut aussi impliquer les copropriétés qui le souhaiteraient.
AIMeylan propose également de planter des arbres dans la ville, parfois même en enlevant du bitume : à la place on couvre de végétation le sol autour du pied de l’arbre, (pour avoir au moins 2 strates de végétation). Ces dernieres années il n’y a eu que des remplacements d’arbres abimés, pas d’augmentation de la couverture arboricole de Meylan,en dehors des arbres d’alignement sur l’avenue des quatre chemins par ex, mais ceux la, c’est la Métro qui les a plantés. Nous proposons aussi que Meylan expérimente l’implantation d’espèces adaptées au changement climatique.

Comment lutter contre l’imperméabilisation des sols ?

- En bétonnant et bitumant le moins possible. Par ex en faisant des parkings qui laissent filtrer l’eau comme cela s’est fait aux Béalières, et pas comme sont faits actuellement les parkings au sud de la place des tuileaux qui ne sont pas perméables.
- Mais aussi en veillant à conserver les espaces verts : pour cela nous proposons de rendre inconstructibles au PlanLocal d’Urbanisme tous les parcs et jardins, et d’inscrire les espaces verts non protégés dans le schéma de cohérence végétale des trames vertes et bleues (c a d le schéma des continuités de végétation et d’eau dans la ville).

L’eau apporte de la fraîcheur ; que proposez-vous dans ce domaine ?

Il y a de l’eau dans le sol Meylanais : il faut mettre en valeur les ruisseaux existants et les entretenir, avoir des noues c’est à dire de l’ eau vive apparente plutôt que des infiltrations d’eau dans les garages comme on peut le voir dans des constructions d’inovallee…

Ceux qui utilisent les transports en commun savent qu’en plein été certains abribus sont invivables. Avez-vous des idées ?

Oui, ce sont des zones à rafraichir absolument, comme le confirme le diagnostic participatif que nous avons commencé pendant le confinement . On va donc expéri-menter l’implantation d’arbres ou de végétaux près des abribus, en commençant de préférence par les arrets les plus fréquentés et les plus inconfortables particulièrement sur la ligne Chrono.